×
16 mai 2023 | Au potager

Comment stocker l’eau dans son jardin

Un été caniculaire, des réserves en eau au plus bas, une guerre aux bassines agricoles… Pour ceux qui seraient passés à côté, l’eau est un sujet qui devient de plus en plus problématique. Alors comment faire pour nos jardins ? Doit-on apprendre à cultiver sans eau ? Aline Larvet démystifie le jardinage sans eau et donne des clefs de compréhension pour mieux stocker l’eau dans son jardin.

1.Cultiver sans eau, est-ce possible ?

Les plantes sont composées d’eau à hauteur de 80 à 95 % de leur poids total. Donc, pas d’eau, pas de plantes. Certains vous diront qu’il faut réduire de beaucoup les arrosages, pour forcer la plante à aller chercher en profondeur l’eau dans le sol. Dans un sens oui. C’est vrai, pour certaines plantes résistantes. Mais, il faut savoir que la grande majorité des plantes que l’on cultive aujourd’hui sont des annuelles ou bisannuelles qui ont été sélectionnées dans des conditions très confortables pour elles. Si bien que, ces plantes nécessitent d’être dorlotées pour vivre. Si on les stresse trop d’un coup, elles ne tiennent pas.

Si certaines personnes peuvent cultiver sans eau, c’est que l’eau vient, soit de la pluie parce qu’elles sont dans une région où il pleut souvent et/ou beaucoup ; soit du sol, parce que leur sol retient énormément l’eau, grâce à l’humus.

2. Le rôle de l’humus dans le stockage de l’eau

L’humus est la matière fertile du sol, résultant de la décomposition des matières organiques par les animaux, les champignons et les bactéries. L’humus agit comme une éponge. Il est capable de retenir 5 à 6 fois son poids en eau. C’est vraiment énorme.

L'humus

La couleur foncée est l’humus. Source : Wikipédia.

Si nos sols étaient humifères, nous n’aurions presque pas besoin d’arroser. Mais, généralement, ce n’est pas le cas, car nous détruisons cet humus avec nos interventions : tassement, labour, produits phytosanitaires, désherbage, sol à nu, etc. Pour créer de l’humus, le mieux est de nourrir son sol avec des matières naturelles et de le couvrir. Selon moi, créer de l’humus devrait être la priorité de toute personne souhaitant cultiver. Pour ma part, c’est ma priorité pour réduire les besoins en irrigation de mon jardin. Mais parlons, tout de même, d’autres méthodes pour stocker l’eau au jardin.

3. Les cuves de récupération

L’urbanisation est galopante. Les surfaces de toits pour récupérer l’eau ne manquent donc pas. En plus de créer de l’humus, la priorité pour tout jardinier est donc de récupérer l’eau de pluie des toitures. On peut le faire avec des cuves raccordées aux gouttières des toits.

Cuves de récupération d'eau de pluie.

Cuves de récupération d’eau de pluie. Source : hellopro.fr

4. Le paillage

Récupérer cette eau des toitures, c’est bien mais c’est insuffisant si l’on n’en fait pas un bon usage. Si on laisse son sol à nu, on doit l’arroser beaucoup plus. Couvrez votre sol des matières organiques que vous trouverez autour de vous : paille, foin, fumier, feuille, déchets de cuisine, tonte de gazon, plaquettes de bois, sciure de bois… Le paillage permet de conserver l’humidité de votre sol tout en nourrissant les micro-organismes qui travaillent à la fabrication de l’humus et aux échanges des nutriments avec les plantes.

Jardin paillé

Jardin paillé

5. Les buttes

La butte est un amoncellement de matières organiques ou de terre dans lequel on intègre des plantes, en plants ou en semis. Cette technique permet de surélever le niveau du sol afin de travailler plus confortablement, d’améliorer le sol et de stocker l’eau dans le sol. Si la butte n’est composée que de terre, l’effet peut être réduit. Mais si nous utilisons des matières organiques, celles-ci vont se gorgées d’eau à chaque pluie ou arrosage et la restituer aux plantes de manière diffuse.

Butte de matières organiques, de terre et de paille

Butte de matières organiques, de terre et de paille

6. Les baissières

Si votre terrain est en pente ou légèrement en pente, creuser des baissières est une solution pour retenir plus longtemps sur place l’eau de ruissellement. La baissière est un léger creux avant une butte contenant des plantations. La baissière va ralentir l’écoulement de l’eau et la restituer à la butte. C’est finalement une “butte améliorée”, on pourrait dire.

Explication du rôle des baissières

Explication du rôle des baissières. Souce : Bill Mollison, Introduction à la permaculture, Passerelle Eco, 2012

7. Les ollas

Ce sont des poteries en forme de cruche ou de jarre que l’on enterre près des plantes. En les remplissant, ces contenants poreux diffusent lentement et directement aux racines des plantes, l’eau qu’ils contiennent. Ils constituent le meilleur système d’arrosage qui existe car l’eau est directement diffusée dans le sol et aux racines. On évite ainsi le choc de l’eau qui tombe sur le sol et la “croute de battance” qui en résulte.Cependant, ce système est très cher. Bien qu’il existe des ollas de différentes tailles, il faut compter environ une cruche par mètre carré. C’est donc bien, mais seulement pour les très petits espaces cultivés.

Ollas pour le potager

Ollas. Souce : Poterie Jamet

7. Les plantes

Enfin, n’oublions pas que les plantes font la pluie. Plus un jardin accueillera de plantes, plus son air sera humide et moins il sera nécessaire d’arroser. Par évapotranspiration, les feuilles rejettent de l’eau dans l’air. Plantez donc beaucoup et plantez dense. N’oubliez pas aussi d’intégrer des plantes pérennes dans votre espace afin de garder une zone de refuge pour les micro-organismes du sol et les petits animaux.

Jardin mellifère, productif et résilient

Jardin mellifère, productif et résilient

Pour conclure, la plante a besoin d’eau, c’est indéniable. Mais celle-ci peut provenir d’autres sources que celle de votre tuyau d’arrosage. Plusieurs solutions existent pour garder l’eau dans votre jardin. Certaines sont plus faciles à mettre en place que d’autres. Créer de l’humus, reste, selon moi, la solution la plus vertueuse sur tous les plans.

Aline Larvet

 

À lire aussi :

23 janvier 2023 | Au potager | Sur la planète

Changer notre rapport au vivant, la clé de la transition écologique

La transition écologique implique de repenser notre relation à la nature, longtemps fondée sur une logique d’exploitation plutôt que de coopération. Il est temps de changer notre vision du monde […]
23 janvier 2023 | En cuisine

Les délicieux légumes du mois de janvier

On entend souvent qu’il n’y a rien à manger comme légumes au mois de janvier. C’est faux et on vous le prouve ! Mais avant cela, un petit rappel s’impose… […]