×
25 février 2022 | Au potager

Observer les fleurs, c’est mieux qu’un agenda !

Si vous aimez le jardinage, vous suivez sûrement toutes sortes de sites ou de newsletters vous recommandant la plantation de telle ou telle plantes à un moment donné. Seulement, ces conseils sont loin d’être valables en toutes circonstances. Comment savoir quand faire vos plantations ?

Votre gentil voisin (un papi de 80 ans) pourrait vous le dire, les dictons locaux c’est très sympa, mais le meilleur indicateur pour savoir quand agir, c’est la nature. Et sans même peut-être le savoir, ce voisin vous conseillerait de suivre un des premiers principes de permaculture :  « Observer et interagir »…

Prenez mon cas par exemple. J’habite en Auvergne. Un lieu qui cumule plusieurs spécificités de climat et d’environnement… En effet, nous sommes particulièrement concernés par les variations climatiques. D’une part nous subissons l’influence de la vallée de la Limagne qui a un climat quasi similaire à la Méditerranée, avec 2 à 3 semaines d’avance, et de l’autre côté nous sommes à la montagne, où l’on peut avoir en fonction de l’altitude, 2 à 3 semaines de retard. Ajouté à cela, le microclimat, lié à la présence d’arbres et de bâtiments qui vont bloquer des vents froids ou au contraire les diriger directement dans votre terrain (un mur exposé plein sud peut réchauffer tout un secteur)… Bref. C’est à y perdre la tête.

Alors comment fait-on pour s’y retrouver avec tout ça ?

Observer l’éclosion des fleurs ou l’apparition des feuilles sont des indicateurs bien plus fin. Donc lorsqu’on conseille de planter les pommes de terre à la floraison des lilas, il s’agit des lilas de votre commune. Pour la cueillette sauvage aussi cela a son intérêt, pour les fleurs de sureau noir (je vous les recommande en tarte ou en sirop), je récolte dans les communes à plus basses altitudes avant de les prendre par chez moi.

Envie d’en apprendre plus sur le domaine végétale ?

Le Jardin Qui Nourrit vous propose différents modules pour élargir vos connaissances !

ÇA M’INTÉRESSE !

Voici quelques repères phénologiques utiles au jardin :

  • Floraison du Forsythia : semis de petit pois
  • Première tonte du gazon : semi de laitue, persil poireau, plantation des bulbes d’oignon et échalote
  • Floraison des pommiers : semis de céleri, blette, betterave et épinard
  • Floraison des lilas : Pomme de terre
  • Floraison de l’aubépine et du sureau : haricot vert et légume « chaud »

Rappelez-vous de noter ces observations dans votre carnet de potager (outil indispensable du jardinier), ce seront des indicateurs précieux pour les prochaines années. Et pour les amateurs de faunes, vous pouvez aussi baser vos observations sur les oiseaux ou les amphibiens (retour de migrateurs ou pontes dans la mare, chant du coucou…)

Marion Eriksson

À lire aussi :

2 avril 2022 | Au potager | Communauté

Mon potager, le jardin de la décroissance de Caroline Martin

 Ce blog est un espace pour mettre en avant celles et ceux qui se sont lancés dans un potager en permaculture. Quelles ont été leurs motivations, l’élément déclencheur, qu’y ont-ils […]
23 janvier 2023 | Sur la planète

Changer notre rapport au vivant, la clé de la transition écologique

La transition écologique implique de repenser notre relation à la nature, longtemps fondée sur une logique d’exploitation plutôt que de coopération. Il est temps de changer notre vision du monde […]